Je suis vraiment désolée, j’ai pas internet, j’ai pas le temps… Et puis j’ai plus toute ma tête. Mon quotidien se perd entre les cours, les TDs (dissertations, commentaires d’arrêts, cas pratiques et autres joyeusetés juridiques), le journal interuniversitaire de Nancy (NJJ, si ça vous intéresse, on m’y trouve) et mes voyages.
Je divague. Vague. Je me perds dans la déliquessence de ma propre existence et je n’arrive pas à déterminer si c’est grave ou non. Je m’en fous. Le Chester Wall a été reconstruit, version 2.0, carrément plus esthétique.
Samedi, mon co-bloggueur débarque. Ma coloc aussi. Mon chat, également. Je vous raconte ma vie, vous n’en avez rien à foutre et moi non plus mais comme disent si bien les White Stripes : Everybody got a story to tell. Maybe that’s not what you wanna hear but that’s what I’ll do.
Enfin, histoire de me rattraper en attendant de pouvoir poster un truc correct au prochain tour d’écriture, je vous largue une petite perle de l’internet. La toile me donne le vertige à la Alice au Pays des Merveilles. Ouais, ouais…

Publicités