C’est en parcourant des articles de la presse nationale et internationale que j’ai réussi, en bonne pseudo journaliste du monde virtuel, à trouver la réponse à un problème majeur de la société française. À l’heure où je vous parle, le monde du travail et la sphère politique sont en crise à cause de ce phénomène étrange et fort lointain à mes yeux de vingtenaire qu’est la réforme des retraites… Le gouvernement blâme l’économie, la CGT le gouvernement, le gouvernement la CGT, la CGT les patrons, les patrons… Bref. En plus de pas être d’accord, ça se met sur la gueule et ça perd un temps précieux pendant lequel – malheur dans une telle situation – ils ne cotisent pas (pour leur retraite, sic.). Et quelle perte de temps inutile que la leur puisque j’ai découvert dans l’une de mes tribulations inconscientes et loufoques l’identité du vrai responsable de cette volonté de faire travailler les gens plus vieux… Vous comprendrez que je me refuse dans cet article à vous donner un avis de juriste et de jeune citoyenne éclairée sur la question de la réforme des retraites… parce que ce serait trop formel et un peu barbant… C’est tellement plus divertissant de s’en prendre au seul vrai responsable de tout ce marasme politico-socialo-syndicalo-salarial. Bah ouais, en fait, si certains sont persuadés que ce serait trop facile de travailler plus vieux, c’est la faute de ce mec qu’on surnomme Dieu. Bah ouais, à force de bosser 7 jours sur 7 depuis la Création, tu m’étonnes que le vieillard inspire des idées bizarres aux dirigeants français. Surtout à Nico, lui qui n’aspire qu’à grandir, qu’à s’élever.

Après, c’est vrai que Dieu et moi on s’est jamais très bien entendu, il ne m’a jamais pardonné le fait de considérer qu’il n’existe pas, que les catholiques sont… Hum. Respect de la liberté de penser, tout ça, et il kiffe pas trop la mienne. Alors si en plus de me faire la gueule et de bouder Chester (le seul et Tout Puissant), le barbu se met à foutre le bordel dans une France déjà éclopée, je vais vaguement songer à me faire excommunier. Excommunier, parfaitement, parce que l’anathème c’est quand même vachement tendance. Dekezako de quoi que j’te parle lecteur? C’est ça ta question? L’anathème, c’est l’excommunication catholique majeure. T’es tellement dans l’hérésie qu’on peut même pas t’excommunier. C’est comme essayer de faire rentrer un camionneur texan dans une smart. T’abandonnes et tu le renvoies dans son pick-up. Bah, là, on t’excommunie pas, on t’anathème la gueule… Tout ça parce que Dieu et les gens d’église n’ont pas beaucoup d’humour… Tu grinces peut-être des dents, peut-être as-tu été baptisé… Tu ne réalises pas ce que je te raconte. Et pourtant… Je vais t’expliquer pourquoi l’anathème va te vendre du rêve.

Déjà, tu pourras dire que tu as été victime d’un monde précaire, poussiéreux et arriéré en te comparant au Dr. Rivaldo Mendes, excommunié en mars 2009, pour avoir pratiqué une interruption médicale de grossesse sur une fillette de 9 ans, tombée enceinte de jumeaux suite au viol de son beau-père. Histoire de bien rappeler que, quand même, tu es des côtés des êtres humains. Par ailleurs, en évoquant ton excommunication, tes amis penseront que tu as des problèmes de téléphonie. Les corriger fera le plus grand bien à ton ego… Le catholicisme romain est la première religion au Monde, en vertu de l’adage russe : « se faire des amis est une occupation de paysans, se faire des ennemis un plaisir d’aristocrate » l’excommunication fera de toi une personne rare à la compagnie recherchée. Tu seras libre, et heureux, de pouvoir bafouer, SANS HONTE, tous les ordres divins. Au pire, t’iras en Enfer… En fait, tu risqueras rien. Et puis tu deviendras un adulte responsable en ne pouvant plus t’acharner sur Dieu à tous bouts de champ. Faudra assumer. Ou blasphémer. Au choix.

Alors, dis-moi lecteur, l’anathème ça te tente toujours pas?

Publicités