Histoire de devenir une adulte responsable, j’apprends à faire des concessions. Façon violente de commencer un article mais c’est pour vous mettre dans le bain… Je m’explique. Une adulte responsable, c’est une personne qui va fermer sa gueule devant le contrôleur SNCF quand il va la faire chier. Être une adulte responsable, c’est aussi faire des budgets, planifier des trucs, faire des sacrifices, accepter des trucs de la part d’autrui en contre partie de ce qu’on leur fait subir (dans mon cas, me supporter est une contre partie pesante). Alors faire des concessions… Dans le genre concession, squattant chez un ami en mode SDF, je le laisse faire à manger et donc garder le contrôle de mon domaine de prédilection. Well. Jusque là, tout va bien, me direz-vous… Mais comment réagir quand l’ami en question, prétextant vous trouver un peu maigre (wtf?), décide de s’acharner à vous gaver telle une oie? C’est là que tout se complique, évidemment. D’abord parce que je ne suis pas maigre (non mais oh, on respecte ma couche de graisse), ensuite parce que je déteste qu’on me force à manger et, enfin, parce que j’aime pas qu’on me fasse à manger, ça me donne trop l’impression d’être une assistée. Et j’aime pas.

Alors, au nom de toutes les oies du monde, aujourd’hui je me rebelle. Quand on n’a pas faim, on n’a pas faim… Faire manger les gens de force, ça les fait vomir… Et puis pourquoi cet acharnement? Pourquoi vouloir priver les oies de leur plaisir de manger juste pour les faire grossir? Pourquoi se contenter d’alimenter les gens? Qu’on se mette d’accord, je suis complètement ouverte à l’avis selon lequel il faut faire en sorte qu’une personne se nourrisse correctement. Oui, je comprends que la santé en dépende. Mais si une personne ne manque pas de nourriture, si une personne, pauvre oie qu’elle est, se sent bien comme elle est et tient son rythme toute seule comme une grande, foutez lui la paix. Bah ouais, manger peu mais manger bien. Manger peu mais kiffer manger ce qu’on mange. Manger à son rythme, quand on a faim, de façon raisonnable.

Oies de tous horizons, rebellez-vous, sortez de vos tanières et levez vos banderoles. A bas le gavage!

Comme dirait un célèbre collège de grands penseurs…

Salut le peuple, ça va?
On a faim! On a faim!
Eh bien, il faut manger…
Oui mais on peut pas! On peut pas!
Alors il faut te forcer…

Merci les inconnus pour cette intervalle me donnant une chute de poste correcte.

Publicités