Je n’écris pas cet article spécialement pour toi lecteur. Non, je l’écris plutôt pour ma coblogueuse, cette créature étrange pourvue de capacités exceptionnelles dont la plus grande est sans aucun doute celle qui lui permet de s’oublier totalement dans le travail. Oui, cher lecteur, ma coblogueuse est un bourreau de travail. Mais ma coblogueuse n’a pas le moral. Non pas que bosser lui répugne, comme moi, mais elle réinvente à elle seule le mot « travail ». Et puis, quand on est serveuse, il y a les gens. Et ça, ma  coblogueuse, elle aime pas. Alors il ne me reste plus qu’à lui trouver, en ce mardi soir lambda, quelque chose qui causera en elle une joie profonde et une euphorie intense. Quelque chose qui révolutionnera sa vision du monde l’espace de quelques secondes. Bref, quelque chose de grand. Cette chose, dont l’existence parait improbable, je l’ai trouvée. La voici.

Publicités