Bon. Retour de vacances : 3 jours passés à ramer pour retrouver un semblant de lucidité. On peut pas dire que ce soit réellement un exploit digne d’un article. Le problème c’est que du coup j’ai pas grand chose à raconter, et qu’au vu du peu de neurones qu’il me reste, trouver un sujet me demande autant d’effort que l’ascension de l’Everest pour un paraplégique.

Donc je me rabat sur la facilité : trouver quelque chose à vous montrer, quelque chose qui ne nécessitera pas un approfondissement trop poussé ou une longue argumentation. Justement l’autre fois je parlais d’art. Mais si, Justin Bieber, vous vous rappelez? Bref. Il peut parfois paraître aisé de mettre ce qu’on entend dans la case « artistique » ou dans la case « commercial ». parfois ça l’est moins. Mais quelque chose est artistique avant tout lorsqu’on sent qu’il y a une recherche artistique, qui peut être tant esthétique, formelle que spirituelle (par exemple). Pas besoin de comprendre, le ressentir suffit. Et pour faire d’un homme un artiste, il faut que sa démarche soit tracée dans une volonté d’originalité – sans tomber dans l’excentricité, pitié. Un exemple d’antéchrist artistique? Mais bien sur :

Bon, vous l’aurez compris, j’essaie de donner un semblant d’intérêt à un article qui poursuit l’unique objectif de remplir le devoir quotidien de son rédacteur – moi – pas toujours inspiré. Pour en arriver aux faits, un pote m’a fait voir le dernier clip de Chinese Man, Ordinary Man. Et c’est ce que j’appellerais un clip inspiré, artistique, original, touchant… Etc. J’en appelle donc à votre sens critique et à votre plume pour tailler en pièce le clip histoire d’aiguiser mon instinct combattif fortement émoussé par le soleil et l’alcool.

Publicités