Salut lecteur. Tu sais quoi? J-1. J-1 avant les vacances. Tu es dégouté? Tu aurais envie de me frapper? Dommage, tu ne peux pas. Je me demande pourquoi la plupart des gens sont tellement obsédés par les vacances… Surtout que la conception communément admise de la chose se résume à une sorte d’attitude nonchalante librement inspirée de ce délicat animal qu’est la limace. Toi aussi, lecteur, tu fais partie de cette horde de gastéropodes assommés par ce lourd tribu versé sur l’autel de la paresse? Non lecteur! Réveilles toi! Les vacances c’est pas ça. Les vacances, ce n’est pas alterner entre le dernier clip d’Alister et la dernière bouse de Rihanna! La soirée de vacances, ce n’est pas choisir entre la boîte et le Pastis! Non, c’est mieux que tout ça. Les vacances, c’est travailler…

Et oui, travailler pour financer le reste de l’année, te donner corps et âme pour une entreprise dont tu n’as cure, affronter les hordes de touristes affairés à la terrasse d’un café, rester calme devant les remarques aigries d’une vieille peau qui a déjà un pied dans la tombe, t’acharner sur des machines dans un lieu aseptisé…. Ce genre de choses quoi. Moi j’ai travaillé à ST Microélectronics. Et j’y retourne cet été avant de partir en humanitaire. Je pense qu’il est difficile de trouver un job plus déshumanisant. Port de combinaison, masque, parler a presque personne, tout le temps debout, des horaires intenables… Il s’en faut de peu pour finir par parler aux machines.

Je sais pas pourquoi je vous dis tout ça. En réalité, j’ai rien à dire. J’avais prévu de discuter ciné… Je suis allé voir Tengri, le bleu du ciel, mais c’est le genre de film tellement pur, serein et vrai qu’une critique éroderait le mythe et l’atmosphère de ce film enchanteur. Par contre c’est l’effet inverse pour Gaspard Noé. Je vous avais demandé d’aller voir Enter The Void puisque je comptais aller le voir et prendre part à la polémique, mais après avoir vu Irréversible, je suis plus du tout sur d’avoir envie d’aller gaspiller mon argent pour ce réalisateur. Un tel niveau de décadence ne choque plus la conscience mais le goût du spectateur. Infliger tant de morbidité et tenter de lui donner une forme grandiose me donne plus envie de jeter le film aux chiottes que de l’encadrer dans ma chambre.

J’aurais aussi pu vous écrire un contre-article comme quoi avoir des enfants, c’est bien. Mais bon, ma coblogueuse va me faire la misère pendant au moins une semaine si je fais ça, je m’abstiendrais donc. J’adorerais faire une grossesse nerveuse tout de même… Juste pour le trip… Ok, je me tais. J’essaierais d’écrire quelque chose qui présente un peu plus d’intérêt dans les prochain jours. Mais ce sera difficile : je pars en Vacances. Avec des infirmières. J’espère que tu es un représentant du genre masculin, lecteur. Ma manœuvre de frustration d’autrui n’aura alors pas été vaine.

Publicités