Et voilà, en ce jour, l’article tant attendu. J’ai bravé Paris & les grèves SNCF pour être en mesure de l’écrire, j’ose espérer qu’il vous conviendra! A la base, je voulais vous faire un article sur la peine de mort et puis je me suis dit que j’allais me faire lyncher… Et ce verbe m’a rappelé un sujet qui va me permettre de mêler l’actualité à la politique et à la philo alors enjoy.

Voyez-vous, samedi dernier, dans ma ville, un jeune homme s’est fait agresser en plein centre ville, pendant la nuit. En fait, non, il ne s’est pas fait agresser, il s’est fait lyncher par une quinzaine de mecs pour une cigarette refusée. Foutu à terre, tabassé, poignardé, la totale… Il vient de sortir du coma et j’espère qu’il se rétablira vite. Le tout, évidemment, pour une cigarette refusée, parce que sinon ça a l’air trop sérieux et ça ne fait pas mousser l’actualité. Bien. Mieux vaut ne pas s’étendre sur le « fait divers » (terme utilisé par la presse qui me fait bondir à chaque fois) en lui même, je ne suis absolument pas objective sur le sujet… Ce dont j’aimerais parler, c’est tout ce qui tourne autour. Parce que qui dit faits divers médiatisés dit, d’abord, groupe facebook. Mon raisonnement est d’une logique imparable, je sais. Ainsi donc en moins de 24 heures, des dizaines de groupe de soutien à ce jeune homme dont je me refuse à citer le nom paraisse en ligne et, forcément, les gens adhèrent (moi la première d’ailleurs).

Et c’est par le mur de ces groupes que le bas blesse. Il blesse très fort. Parce qu’on en sort trois tendances. La première est d’une simplicité maladive « ahah c’est bientôt les élections ». Well. Forcément, le débat sur la sécurité a toujours été au centre des échanges politiques donc, nécessairement, un événement du genre, ça porte à questions… Sauf que ce n’est pas en 2010 que ça a commencé, ni en 2007, ni avant. On ne soigne pas le mal en en parlant à la veille des élections lointaines, je préfère penser que ce genre de gros plans sur un « fait divers » n’est jamais qu’un appel à la prise de conscience et qu’on laisse mes idéaux moraux tranquilles. La deuxième et la troisième tendance se regroupent pour attiser un feu qui ne dormira probablement plus jamais. « a mort les bougnoules », « yen a marre de ces arabes », « qu’on laisse les français en sécurité chez eux » et, en même temps, communiqué de presse du FN. Stop. Ça suffit. Répondre à la violence gratuite par la haine raciale n’est qu’un système à la Tallion destructeur et dangereux, surtout dans une ville comme la mienne. D’autant plus qu’elle est infondée. Je tiens à préciser, en bonne pénaliste, que si les délits & crimes mineurs sont en majorité commis – de fait – par des immigrés ou descendants d’immigrés (mais français précisons-le), les infractions majeures, les plus blamables, restent majoritairement perpétrés par ce cher Français que Monsieur FN défend si ardamment. Je déteste qu’on diabolise toute une tranche de la population pour certaines déviances qui naissent non pas des origines mais des milieux dans lesquels les gens évoluent. J’aimerais savoir comment on peut accuser des gens en masse quand on crée et maintient les milieux dans lesquels ils pourrissent. J’aimerais qu’on m’explique comment on peut cracher sur les « arabes » quand l’Islam est une relation qui prône au plus le respect et établit des valeurs morales sévères, parfois trop.

En toute honnêteté, plus que de 15 abrutis violents (abrutis violents qu’ils sont), j’ose croire que ce jeune homme a été la victime d’un mal de notre société. L’isolation, l’égoïsme, la désorientation et le chaos actuel des choses n’aident pas les gens à agir correctement, d’autant plus que la violence ets un phénomène banalisé. Je trouve ça facile de retourner Grenoble et d’accuser 15 mecs pour une agression. Je ne les excuse pas, bien au contraire, mais comment nier la violence de la société quand on sait que la veille, à Toulouse, un couple a été agressé, l’homme poignardé et la femme violée? Quand on sait que dans le mois qui vient de passer, on comptabilise 1 à 5 agressions du même type dans toutes les grandes villes de France? Pour celles qui sont dénoncées, d’autant plus.

Je suis d’un naturel pessimiste mais je crois en un idéal de justice. La société va mal et je doute que la haine raciale et le sectarisme soient la solution à ce problème. Les idéalistes rêvent d’une réelle réflexion sur ces problèmes et de réponses concrètes, on en rêve tous, mais c’est lointain, incertain et pas assez rentable. Certes. Mais que le FN range ses papiers et laisse les tensions s’atténuer sans quoi cette violence finira par éclater. Que les gens restent calmes et lucides. Que la peur ne soit pas excessive. Qu’on réfléchisse, pour une fois, si on ne peut pas agir. L’inaction bête et méchante dans la colère ne sauvera rien ni personne, au mieux, elle en tuera d’autres.

& que Chester protège les aveugles et émascule le(s) borgne(s).

Publicités