Comme convenu, je suis allé au Street Day organisé par le collectif L’Original. Si vous n’avez pas suivi l’info, ce collectif a organisé toute une série de concerts et d’évènements à Lyon tournant autour de la culture Hip Hop. Et à l’occasion du Street Day, c’est le groupe De La Soul en personne qui était convié pour nous livrer un concert gratuit.

Deux précisions : déjà Lyon est vraiment une ville impraticable (1h pour se garer, 30 min pour entrer ou sortir de la ville, des sens interdits partout…). La deuxième est plutôt une remarque : le cadre était juste original – comme le nom du festival, cqfd. Vous admettrez que c’est plutôt osé d’organiser un concert de Rap à la Place des Terreaux, encadré par des bâtiments de l’époque classique – la classe -, en face du Palais des Arts. Bref, c’est dans cette ambiance cocasse que des milliers de personnes se sont rassemblées pour assister à la performance de De La Soul.

Comment ça? Vous ne connaissez pas De La Soul? Bon, petit topo rapide. « De La Soul est un groupe de hip-hop en provenance de Long Island dans l’État de New York. Ils sont connus pour l’influence qu’ils ont eu sur l’essor du jazz rap grâce à leurs samples aussi étranges que divers et à leurs lyrics parfois surréels. Le groupe se compose de Kelvin « Posdnuos » Mercer, David Jude « Trugoy the Dove » Jolicœur and Vincent « Pasemaster Mase » Mason. »

Bref, leur réelle originalité vient de leur volonté affichée de s’opposer à la tendance agressive du « gangsta rap » alors en vogue. Revendiquant un vision joyeuse et créative du rap, ils choquent leur génération en réalisant leurs clips et se présentant à leurs concerts en shorts et chemises à fleurs. Auteurs de nombreux albums, dont le plus grand restera certainement De La Soul is Dead, et collaborant avec de nombreux artistes, allant du sulfureux Michael Jackson jusqu’au grand Maceo Parker en passant par A Tribe Called Quest, leur succès fut aussi phénoménal que mérité. Et n’oublions pas leurs collaborations avec Gorillaz sur Feel Good Inc et Superfast Jellyfish!

Bon, pas besoin de tortiller du cul, une telle occasion ne se refuse pas. Je débarque donc à Lyon vers les 15h. Les concerts débutent à 16. Entre temps, quelques démonstrations de battle breakdance et de BMX, histoire de mettre l’eau à la bouche des passionnés, le tout dans une ambiance métissée et détendue. 16H, me voilà sur la Place des Terreaux. Après un groupe de beatbox trop répétitif (Under Kontrol) et un DJ transparent – dont personne ne se souviendra du nom – qui ne parviendra à animer les foules qu’en passant la musique des autres, les Pokemon Crew débarquent. Vous trouvez ça ridicule? Oui, moi aussi. N’empêche que leur démonstration de Breakdance chorégraphique envoyait sec et valait carrément le détour. 17H30, voilà dix minutes que la foule s’impatiente, De La Soul n’est toujours pas sur scène.

17H40, deux gros tas afro-américains débarquent sur scène. Merde! Mais c’est De La Soul! Bah ouai, la quarantaine bien tassée, les kilos en trop, mais… Party is over Here! Et c’est là dessus que le concert démarre. Le réglage du son était pas au top, mais nos trois comparses assurent un max. La foule est en délire, les titres s’enchaînent, de tous les goûts et de toutes les couleurs (coblogueuse, tu as manqué un remix de James Brown). Que dire à part que c’était un grand moment. En plus d’être du Hip Hop, d’être Root et Underground, ce genre d’évènements dégage le respect et la satisfaction. Tout le monde scande les refrains, sans distinctions de couleurs et d’âges, et ça, c’est la puissance – peut-être unique à un tel degré – du Hip Hop. Après un café sur les berges, retour à la maison.

J’ai bien sûr pris quelques photos et vidéos, mais malheureusement, c’était trop le bordel, et j’étais trop loin pour prétendre à une bonne qualité. Mais histoire de vous donner un petit aperçu, je vous poste ce que j’ai pu en tirer. Enjoy

Photos :

Video :

Pokemon Crew

De La Soul

Publicités