Je suis pas fan de Hip Hop français, et je suis encore moins calé en la matière. Mais j’ai tout de même mes références. Je pense qu’on peut dire que si I Am est la référence des années 90, Hocus Pocus est celle des années 2000. Et comment entamer une nouvelle décennie sans un album à la hauteur? Hé bien le pari est tenu. 3 ans après Place 54 qui fait office de phare dans le marécage de la scène rap française, le groupe Nantais composé de 20Syl, DJ Greem, David le Deunff, Hervé Godard, Matthieu Lelièvre et Antoine Saint-Jean revient sur scène avec 16 Pièces.

Dès 73 Touches, Hocus Pocus a toujours affiché la volonté de trouver sa voie dans le Hip Hop grâce à un métissage des genres, une musicalité travaillée et des paroles recherchées. Je tiens à vous citer une petite phrase d’un critique sur internet : « Relativement court, cet album n’est pas exempt de critiques. Reste que l’ensemble s’avère globalement de haute tenue, et que l’humilité et l’amour de la musique transpirent à chaque note.» Voilà, je crois que tout est dit. La musique est de qualité, originale, pas prise de tête. Tant dans les paroles que sur scène, on peut sentir l’humilité de ce groupe qui nous rappellerai presque notre bande de pote du lycée. Difficile de penser qu’ils se prennent au sérieux. Voyez, c’est le genre de groupe à enflammer 15000 personnes à un concert pop-rock. C’est aussi le genre de groupe à descendre dans la foule lorsqu’ils ont l’occasion d’être en petit comité, ou de passer 1h après le concert à discuter avec les fans et dédicacer tee-shirt, affiches et CDs. Place 54 était une mosaïques de morceaux d’une rare qualité, enchaînant des Smile candides sur un Vocab’ accusateur en passant par la nostalgie d’un petit pays. Quitte à l’aimer, autant parler un peu de politique et de ses borgnes, mais pas trop. On est pas là pour ça.

Toujours est-il que le nouvel album ne s’inscrit pas tout à fait dans la continuité du précédent. Et c’est peut-être mieux ainsi. Mieux vaut ne pas attendre d’avoir épuisé le filon pour en chercher un nouveau. Et ce qui émerge rapidement de 16 Pièces, c’est que les compères n’ont pas voulu s’enfermer dans un rap trop fondé sur le rythme ou les paroles. Une multitude d’instruments se succèdent, mêlant la flute du morceau Marc à des ambiances groovy de Portrait. Merde, mais niveau ambiance, même Nina Simone serait en kif. Le flow de 20Syl s’accorde aussi bien aux ambiances Soul de Beautiful Losers, qu’aux ballades mélancoliques et cuivrées de 25/06.

Tout ça pour dire que je suis charmé par la volonté d’ouverture de ce groupe plus si jeune mais toujours aussi frais, sa diversité et sa qualité. Il y a bien certaines choses à critiquer dans cet album… On pourrait regretter un manque de rythmes entraînants bien ancrés dans Place 54, et parfois quelques répétitions dans les tons et couleurs. Mais l’album est avant tout convaincant, agréable et rassurant. Oui, rassurant, parce qu’encore aujourd’hui, en France, dans le Hip Hop, on peut trouver de la très bonne musique.

Ecoute libre sur deezer.

Publicités