Ami(e)s du jour très tôt le matin, j’vous mentirais pas : c’est la merde. Mon réveil n’a pas sonné (nb – penser à changer de téléphone portable), je n’ai rien à déjeuner (nb – penser appeler coloc pour la prévenir), je n’ai absolument pas envie d’aller en cours (nb – y aller quand même) et je viens de réaliser que je ne recroiserai pas la route de mon pc avant demain, que je commence les cours à 10h30, que je dois anticiper ma poisse des transports en commun sur un quart d’heure, bref, que je n’ai précisément qu’une dizaine de minutes pour poster ici. C’est la faute de Phil, il m’a perturbée dans ma planification hebdomadaire…

Bref, je vous fais pas un dessin, je voulais vous parler d’un super bouquin genre Fumer tue mais pas celui-là, un autre mais je suis vachement trop court niveau temps. Je pourrais vous expliquer pourquoi je ne serai pas là ce soir, à savoir que je vais voir Volo en concert à Lyon avec mon filleul mais, là encore, pas assez de temps. Par contre, j’peux vous filer un extrait. Allez hop :

Blague mise à part, il est 9h00, je n’ai pas encore bu mon café et j’en suis encore à ma clope du matin… Eh ouais… Le problème, avec la clope du matin, c’est qu’une fois qu’on s’y est habitué, il est plus que très cruel de s’en débarrasser. Non seulement c’est votre premier réflexe de la journée mais, en plus, elle devient très vite indispensable à votre bonne humeur pour la journée, croyez-moi, je parle en connaissance de cause.

Mais ça fait pas un sujet.

Rha et puis merde.

Rien que pour toi, public, en avant première, Nous.

A savoir: PhilGood, comme tu te dois de te l’imaginer (sur cette photo, il est déguisé, je précise)

 

Et puis moi, en train de cloper, pour changer.

Cendar

Désolée, Coblogueur, mais c’est l’urgence qui a guidé mes pas.

JE SUIS EN RETARD!!!

Publicités