Parler pour ne rien dire, je fais ça bien, c’est un fait, je ne peux même pas le nier. Il faut avouer que j’ai fait un petit point sur le blog hier et que j’ai eu des révélations à la fois amusantes et flippantes. Par exemple, je suis la seule, jusqu’ici, à avoir posté des articles littéraires quand mon très cher co-bloggueur a la majorité dans les articles cinématographiques. C’est chacun son truc, me direz-vous. En effet. Autre petit détail marrant, j’aurais dû faire dans le marketing, je suis plus douée que lui pour faire tourner mes articles… Ce qui fait de moi, quelque part, l’agence pub made in peu1porte.wordpress.com.

Jusque là, tout va bien… (pour toi Public). Cependant, là où les choses ont commencé à m’angoisser, c’est quand j’ai remarqué, déjà, que le nombre de lecteurs avait foutrement augmenté et, pourtant, que personne ne commentait jamais les articles. Est-ce qu’on fait peur? L’idée a quelque chose d’angoissant quand on sait qu’on a commencé ce blog simplement pour partager nos pensées quotidiennes et découvertes culturelles avec nos potes et autres personnes cool (même si on ne les connait pas, c’est vous dire si on est tolérant). J’te fais pas un procès, lecteur, j’te dis juste que je vais pas te mordre. Après, tu es libre de tes choix, de tes commentaires, tout ça…

Mais là où le flippe m’a vraiment prise c’est quand j’ai découvert la section stats de la plateforme & que j’ai réalisé que – Oh My Fucking Chesterfield – des gens publient nos articles sur leur facebook et on ne les connait pas. D’accord, d’accord, je ne peux pas tous vous connaître. Ok, ok, les lecteurs de l’extérieur, je trouve ça vraiment super sympa (et hyper motivant, en plus, même si on n’a pas vraiment besoin de carotte pour écrire, c’est toujours un plus). N’empêche que… Pfiou. Ouais, pfiou, j’ai pas d’autres mots à ajouter à mon propos. Alors voilà ce qu’on va faire, les mecs : je viens de créer une adresse mail spéciale peu1porte (parce que si jamais on devient célèbre, vous avoir tous sur mon msn va me donner le tournis) pour que vous puissiez nous contacter.

Le deal, c’est qu’on vous force pas à commenter, qu’on ne se dévoile pas plus qu’on en a envie et qu’on vous permet de venir nous donner votre point de vue. Dans l’absolu, si vous avez envie qu’on traite d’un sujet ou même qu’on publie un de vos articles, vous saurez comment nous joindre (et même que si un grenoblois a un plan culture à nous proposer et souhaiterait un article ensuite, c’est négociable).
Voilà, ça c’est l’article de merde du milieu de journée histoire de prendre du temps pour réfléchir à l’article de ce soir (si quelqu’un a une idée de sujet, qu’il l’envoie sur la boîte, ça me sauverait éventuellement deux ou trois neurones).

Here’s the thing : peu1porte@laposte.net

A ce soir.

Publicités