avis au lecteur : ceci est un article politico moralisateur totalement en marge du reste du contenu du blog et qui ne plait que très moyennement à ma coblogueuse.

Ce matin, après avoir revu ce monument qu’est Men In Black (ne cherchez pas le rapport, il n’y en a aucun), je suis tombé par hasard sur un article extrait du journal Le Temps dans le Courrier International, critiquant d’une manière remarquablement concise et percutante les délires de notre Ministre de l’Immigration, pion de la droite française et incarnant remarquablement les dérives de la droite – mais pas seulement la droite – européenne. Je n’ai plus pour habitude de parler de politique. J’étais de ceux qui pouvaient s’engager dans des débats enflammés et tenir leur flambeau dans une démarche jusqu’au boutiste souvent stérile, et puis finalement j’ai décidé, à la fois par répugnance mais aussi par humilité devant ce que je ne maîtrise pas, d’arrêter de me mêler de politique. Mais ça ne m’empêche pas de prêter une oreille attentive et cynique aux nouvelles du monde. Mais depuis quelques temps, une étrange sensation s’est éveillée en moi, cette sensation que l’on nomme la peur. La peur d’avoir peur. Parce que la peur et l’ignorance sont intimement liés, ignorance dont découle la folie des hommes. Alors j’ai peur de cette peur irrationnelle, celle qui vous fait renier les idéaux pour adhérer à la haine, celle qui vous fait dire et penser des choses répugnantes.

Dans le contexte de crise sans précédent – même si certains le nierons – que nous vivons actuellement, on se retrouve toujours malgré soi à chercher un sens. Mais le seul sens à l’Histoire est l’ironie. Certains croyaient que l’Homme pouvait tirer les leçons de ses erreurs, et d’autant plus facilement que le monde d’aujourd’hui est né sur les cendres de la plus grande folie que notre civilisation ai jamais connu. Mais moi je n’y crois pas, ou tout du moins plus. Comme le disent les écritures bouddhistes, l’étendard est toujours immobile, c’est le cœur de l’homme qui est en tourment.

Tout cela pour en venir au sujet de mon angoisse : l’évolution du débat sur l’identité nationale française. Je ne suis pas de gauche, je ne suis pas réellement de droite. J’attends tout simplement un homme capable de porter mes idéaux. En attendant, je me considère comme apolitique. Bref. Je n’étais pas foncièrement opposé à l’origine à ce débat, car ce que je hais presque autant que le racisme, c’est cette peur mal placée que nous avons en France de la xénophobie qui nous pousse à lyncher la première personne à ne pas ponctuer toutes ses phrases par « le racisme, c’est mal ». Mais plus le temps passe, plus ce débat perd le peu de sens qu’il pouvait avoir. Et puis d’abord quel débat? On vous a consulté? Vous a-t-on informé de lieux de discussion? Y a-t-il seulement un autre objectif que celui de donner au gouvernement des possibilités de polémiques et de manipulation des masses? La politique n’est qu’une vaste farce, reste à trouver la dinde. On parle maintenant de faire signer une Charte des Droits et Devoirs du Citoyen à tous les jeunes atteignant la majorité. Pourquoi faire une proposition aussi absurde? Donner un enseignement d’éducation civique de qualité au collège et lycée ne suffit-il pas? Bien entendu que si, mais les hommes de pouvoir aiment prendre pour des cons les hommes et les femmes qui leur ont accordé ce pouvoir. Parce que le public visé ici, ce n’est pas le jeune bourgeois parisien, ni même le pecno de Challes-les-Eaux. Celui qui est visé, stigmatisé, c’est le jeune des banlieues, paumé dans sa jungle urbaine et en prise avec toutes les dérives de notre société. Mais sincèrement, quelqu’un pense-t-il réellement que lui faire signer un papier et chanter la marseillaise la main sur cœur en tournant a cloche pied autour d’une statuette enroulée dans du jambon lui fera soudain prendre conscience de la magnificence de la nation française? Quel est l’objectif poursuivi? M. Besson, et à travers lui M. Sarkozy, ont ils conscience que le mouvement de stigmatisation amorcé peut déboucher sur une résurgence brutale et violente de la peur et de la xénophobie? Si ce n’est pas le cas, une telle bêtise serait inquiétante pour le devenir de la France. Si, au contraire, tout cela est bel et bien prémédité, puisse la crise économique ne pas trop s’aggraver, sinon je ne donne pas cher de l’intégrité morale française des 10 prochaines années.

Publicités